LES ECRANS NOUVELLE DROGUE

 

Rencontre entre des étudiants infirmiers et une classe de seconde

 

 

Télévision, ordinateurs, smartphones… Les écrans font partis de notre quotidien et ceci, pour certains, tout petits. Cette omniprésence des écrans dans notre vie peut mener à l’addiction et ainsi engendrer des risques et problèmes au niveau social, scolaire ou encore familial. Vendredi 15 Décembre 2017, cinq élèves infirmiers de l’IFSI (Institut de Formation au Soins Infirmiers) se sont rendus au lycée St Joseph Pierre Rouge afin d’exposer leur problématique de l’addiction aux écrans la classe de seconde 1. Ces élèves sont venus pour prévenir des risques des écrans mais aussi pour compléter leur enseignement. Cette rencontre leur a permis d’en apprendre davantage grâce aux élèves et à leur point de vue. La classe a été séparée en cinq groupes constitués d’environ cinq à six élèves. Chaque élève a dû répondre à un questionnaire. Les groupes ont par la suite mis en commun leurs réponses et ont cherché à donner la définition du mot addiction aux élèves infirmiers. Le 7 Avril 2018 les infirmiers sont revenus au lycée présenter les résultats obtenus à partir des questionnaires. Cela a été l’occasion pour eux de parler des risques potentiels d’une addiction aux écrans. Cette fois-ci ils étaient accompagnés de leur enseignante chargée de les noter sur leur intervention. Ils ont utilisé les informations de la séance précédente pour faire une analyse globale de la consommation de temps passé devant un écran de la classe de 201. ils ont ainsi pu émettre un diagnostic général. Pour terminer cette seconde intervention les élèves infirmiers ont joué des saynètes avec la participation des élèves pour une meilleure compréhension des risques.

 

 

 

Il est évident que les écrans ont de nombreux points positifs que l’on ne peut ignorer. Grâce à internet il est possible de faire des recherches pour un travail, s’instruire et chercher de nombreuses informations. Les réseaux sociaux permettent également de communiquer au niveau local comme mondial mais pas uniquement : grâce à eux il est possible de partager, raconter ses expériences à distance, travailler ou encore parler à l’autre plus librement. Les jeux vidéos quant à eux permettent de se détendre, s’amuser, se divertir et se faire plaisir.

 

 

Toutefois une forte consommation de ces écrans peut causer de nombreux problèmes. Une exposition aux écrans dès le plus jeune âge peut entraîner une baisse de l’acuité visuelle ou même un retard mental. Le fait de rester devant un écran en étant allongé augmente le nombre de cas d’obésité. Les personnes souffrant de cette dépendance ne sortent, en effet, plus de chez elles et n’ont plus d’activités physiques. Cette addiction provoque par ailleurs de l’agressivité dans les moments de manque, et même parfois un isolement familial et social. En outre la consommation abusive d’écran est néfaste pour le sommeil –38 % de jeunes affirment dormir moins de 7 heures par nuit- ce qui se répercute négativement sur les résultats scolaires.

 

 

Les élèves de seconde 1 ont montrés beaucoup d’intérêt pour ces interventions. Ils ont pour la plupart admis avoir pris conscience de leur niveau de consommations d’écran. Les élèves avaient déjà une base de connaissance que ces séances ont permis de compléter. Ils feront donc attention à leur consommation afin de ne pas tomber dans l’addiction.

 

Une élève de la classe de 201