Il y a deux semaines a eu lieu dans notre collège le temps fort théâtre proposé à l'une de mes classes de 4ème ; Marielle Baus était l'artiste invitée et nous avons consacré 20 heures à la découverte de la pratique théâtrale ainsi qu'à la mise en scène de la pièce de S. Joanniez, Stroboscopie.

Ce temps contracté fut une véritable immersion pour les élèves dont environ 8 avaient déjà fréquenté mon modeste petit atelier du vendredi. Vingt heures, c'est beaucoup et peu en même temps : beaucoup pour des élèves "qui n'ont rien demandé" et peu à hauteur de metteur en scène ! Mais de cette distorsion est née la belle étincelle...  

 

La classe, très impliquée et appliquée, a dit, osé, inventé, défait, repris, tenté et il est amusant de regarder aujourd'hui les premières photos . Quel chemin entre le mercredi et le vendredi !

 

Parfois,certains élèves ont éclos lors de la générale, parfois même au cours de la présentation du travail aux parents en fin de semaine.

 

Marielle, toujours avec calme, professionnalisme et fermeté, a su guider les élèves et dessiner patiemment la mise en scène, dans son petit carnet magique... et sur le plateau.

 

Le texte que nous avions retenu a beaucoup plu aux élèves ; il était pourtant très intime mais ils en ont accepté les enjeux.

 

Cette pratique intense, spiralaire, me paraît avoir beaucoup d'avantages pour les apprentis-comédiens: déchargés des autres matières, ils ont pensé théâtre toute la semaine et bénéficié des effets cumulatifs de cette tension hebdomadaire.

 

Merci au Département d'avoir soutenu cette année encore notre projet et collaboration ! Comment faire Le Cid la semaine prochaine ? (rires). Merci à Marielle. Merci aux élèves de 401 qui ont joué le jeu de la "traversée des apparences" ! Ce n'est pas rien à 14 ans.

France Landais, référent Culture, Professeur de Français.